Qu’est-ce que le Rhythm’n’Blues ?

Le Rhythm’n’Blues a remplacé la « race music », utilisée auparavant par les commentateurs blancs et évaluée trop insultants.

Tout savoir sur le Rhythm’n’Blues

Le mot a été inventé par Jerry Wexler en 1947, dans un article du Bilboard Magazine. Ce dernier est très connu pour avoir été un important producteur chez Atlantic Records. Par la suite, le Rythm’n’Blues deviendra la Soul Music bien que l’appellation « Rythm’n’Blues » n’a jamais disparu. Cependant, il ne faut point le confondre avec l’actuel R’n’B. Ce dernier est plutôt un nouveau genre découlant du rap et du hip-hop. Ce serait dans les églises, le dimanche, que les pionniers du genre ont fait connaître leur nom. Ce sont entre autres Aretha Franklin et Otis Redding, respectivement fille et fils de Pasteur. D’autres chanteurs officiaient en tant que ministres du Culte dans leurs églises, à l’instar de Salomon Burke ou Al Green. De tels pionniers ont chanté des textes profanes sur des bases de Blues, en adoptant de plus en plus un langage argotique et métaphorique, et en chantant sur des rythmes plus marqués. Il faut savoir que le Rock’n’roll tire lui-même ses origines du Rythm’n’Blues. Aussi, des groupes de renom comme les Rolling Stones reconnaissent avoir été sous l’influence de cette musique. Pour résumer, le Rythm’n’Blues était le moyen d’expression de la population noire américaine, et joué uniquement par des musiciens noirs.

 Le Rhythm’n’Blue s : les précurseurs, son évolution au fil du temps et plus encore

Le Rhythm and blues n’est autre que du Blues auquel a été a ajouté du rythme. En d’autres termes, c’est le blues « qui balance ». Il ne porte pas son nom, car il ne reflète pas de tristesse ou de mélancolie. Il a aussi l’art de faire oublier tous les soucis et incite à danser. Le Rhythm and blues évolue au fur et à mesure des années. De fait, au cours des années 1950, l’étiquette « Rhythm and blues » englobait toute une palette de musiques. Sont effectivement concernés par ce phénomène les ballades chantées des groupes Doo-Wop, les morceaux de Jazz Barrel House et le Jump Blues. C’est toutefois avec Muddy Waters et Howlin’ Wolf que naissent les disques Rhythm and blues les plus marquants. Ceux-ci sont assortis d’une sonorité sobre et moderne, avec des solos de guitare électrique dont préfigurent ceux des Rolling Stones. De toute évidence, le Rhythm and blues est le précurseur du rock. Par la suite, des artistes comme Duke Ellington avec son « Rockin’in Rhythm » ou encore la chanteuse de blues Trixie Smith avec « Rocks Me With One Steady Roll » font du rock, sans qu’ils en soient au courant. Si le Rythm and Blues n’a pas eu une influence directe sur la société, il a contribué à la création du rock, laquelle a indubitablement transformé cette dernière.