Comprendre le terme « rythme » en musique

La structure temporelle est caractérisée par l’espacement, la durée et l’accentuation des sons musicaux. Aussi, la perception d’un rythme musical impose une forme de répétition de la structure.

Qu’est-ce donc le rythme en musique ?

En matière de musique occidentale, le rythme définit la durée des notes et le moment où le mélomane doit les entendre. Dans la musique classique en revanche, une pulsation régulière identifie les temps, et permet de mesurer les différentes figures de notes et de silences. Ainsi, une partition écrite est constituée du rythme, de la mélodie, du tempo et de la nuance. Dans les traditions musicales en dehors de l’Europe, le rythme peut se baser sur des principes variés et engendrer des différences de hauteur ou de timbre du son. L’unité de base du rythme est très proche de la théorie de la musique occidentale. Autrement dit, le rythme musical n’est autre que le résultat de l’organisation des durées, des timbres ou des accents successifs à l’intérieur d’une phrase musicale. Celle-ci peut être composée de hauteur déterminée ou non. Le rythme est une simple pulsation de durées qui se suivent de manière régulière, et elle ne comporte ni accentuation ni timbres différents.

 Le rythme : comment faire pour la suivre plus facilement ?

Comprendre le solfège et l’harmonie peut s’avérer complexe pour les mélomanes, bien qu’ils soient fans de la musique en elle-même. Cependant, tout le monde ou presque peut facilement saisir le rythme. Car il suffit d’un minimum d’attention et d’écoute, pour pouvoir se familiariser avec les principales bases du rythme. La première chose à comprendre serait la pulsation. Même sans la moindre connaissance musicale, le mélomane la ressent grâce à un mouvement régulier qu’il fait lorsqu’il hoche la tête ou tape du pied en écoutant un morceau. Le meilleur moyen de bien la ressentir, c’est d’écouter un morceau techno, parce que la techno met en exergue cette pulsation par le « beat », qui a l’art d’appuyer bien chaque temps. Quand le mélomane tape du pied en entendant le beat, il ne fait que marquer la pulsation. Mais pour que le pied batte vraiment la pulsation, il ne faut surtout pas que le mouvement change selon les breaks, s’interrompt ou s’accélère. En effet, ce n’est pas parce que la rythmique d’un morceau change que la pulsation est modifiée. Même lorsque la batterie s’arrête, la pulsation demeure identique. Le mélomane la ressent dans le jeu des autres instruments ou la ligne mélodique. Il peut arriver que les rythmes de la batterie et de la basse varient, notamment quand un morceau passe du couplet au refrain, mais pas la pulsation. Celui qui écoute le morceau doit la marquer en hochant la tête, pour avoir un mouvement plus constant. Bref, le rythme se sent et une fois qu’il est ressenti, le mélomane l’a dans le sang…